Joseph Hock, militant à Standing Rock : la spiritualité est notre mouvement

08.01.2017 - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Italien, Allemand

Joseph Hock, militant à Standing Rock : la spiritualité est notre mouvement
https://www.facebook.com/Sacred-Stone-Camp-255672288125349/?pnref=story

Nous nous sommes entretenus avec Joseph Hock, qui a passé des mois à Standing Rock, a été arrêté et se définit comme un frère.

A l’instar d’autres militants, vous avez été la cible de gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc, bombes au poivre et canons à eau alors qu’il gelait. Qu’est-ce qui vous donne la force de résister à une telle violence ?

Ma force vient de la connaissance du fait que si je répondais à la violence par plus de violence, les policiers et les mercenaires de DAPL sauraient comment arrêter notre mouvement. Quand le pouvoir de la prière est utilisé, cela laisse les oppresseurs désarmés et impuissants.

Quel est le rôle de la spiritualité et de la nonviolence dans votre lutte ? 

La spiritualité est notre mouvement… La prière est notre protection. Le 27 octobre, j’étais dans un Aniipii (hutte de sudation), en prière. Les hommes du sheriff du comté de Morton alliés aux mercenaires de DAPL ont détruit mon lieu de prière, pendant la cérémonie… J’ai été expulsé après que mon église ait été abattue. Mes reliques religieuses ont été détruites. Cela m’a appris tout ce que j’avais besoin de savoir à leur sujet.

La résistance à Dakota Access Pipeline, dirigée par la tribu des Sioux de Standing Rock, a été rejointe par des membres de 200 autres nations indigènes venus des Etats-Unis et d’autres pays, de l’Equateur à la Norvège, par des militants et des vétérans. Comment avez-vous construit cette extraordinaire alliance ?

L’alliance dont vous parlez forme notre famille, il s’agit de nos sœurs et nos frères.

Permettez-moi de citer Aldous Huxley: « Il existera, pour la génération suivante ou à peu près, une méthode pharmacologique faisant aimer leur servitude par les gens, produisant une dictature sans larmes, pour ainsi dire.

La création d’un camp de concentration sans douleur pour des sociétés tout entières, de sorte que les gens se verront en fait dépossédés de leurs libertés, mais apprécieront cela, parce qu’ils seront distraits de tout désir de rébellion par la propagande ou le lavage de cerveau, ou par le lavage de cerveau amélioré par des méthodes pharmacologiques. Et cela semble constituer l’ultime révolution. »

Nous avons tous pu constater les résultats de ce dont parlait M. Huxley.

Que signifie pour vous la demande des vétérans de pardonner les crimes commis par l’armée américaine contre les indigènes, et qu’est-ce que ça vous a fait de les rencontrer ?

J’ai été touché par leurs actions individuelles. Cependant, le gouvernement qui a commis ces atrocités génocidaires ne dit rien… Il prend plus de terres encore, pour les offrir à une société privée, aux dépens des gens.

Le 1er décembre, vous avez lancé un mois d’action mondiale, visant les banques derrière Dakota Access pipeline. Qu’attendez-vous à la fin de ce mois ?

Nous menons des actions individuelles et collectives. Les gens de par le monde souffrent des résultats des actes d’oppression menés par des sociétés privées, plus ou moins déguisés en actes de gouvernement.

Comment les militants et les médias indépendants aux Etats Unis et dans le monde soutiennent-ils votre lutte ?

Les militants et médias peuvent aider en désignant le véritable axe du mal : la gouvernance de sociétés privées. C’est vraiment un accord déséquilibré, fondé sur des ressources prétendument illimitées dans un monde limité. Malheureusement, plus de 90% des médias libres dans le monde sont contrôlés par une poignée de personnes. Les médias vraiment libres n’existent presque plus.

Comment voyez-vous le futur de cette lutte, à présent que Trump a déclaré soutenir le projet de pipeline ?

Il n’y a vraiment pas de différence. Les Bush et Clinton ont présidé aux plus hautes fonctions du gouvernement des Etats Unis… Halliburton, Monsanto… c’est le règne des sociétés privées… Les traités TPP, TTIP, NAFTA, Tafta sont tous illégaux, soutenus par des gouvernements à la solde des intérêts privés, des gouvernements qui approuvent ce que les citoyens désapprouvent.

Souvenez-vous que des politiciens américains comme les Clinton ont fait des milliards tirés de la fracturation hydraulique, qu’ils l’ont fait avec Wesley Clark Senior, Dick Chaney et Halliburton, qui ont des brevets pour des méthodes de fracturation horizontale et le transport du carburant. L’axe du mal ne se trouve pas dans un pays du tiers monde situé de l’autre côté de la planète. L’axe du mal est formé des sociétés qui dirigent les gouvernements du monde.

Des méga projets comme les pipelines, les barrages et les mines impliquant la pollution, la déforestation et la saisie de terres se développent sur toute la planète, avec les peuples indigènes qui s’y opposent en première ligne. Pouvez-vous envisager une collaboration plus coordonnée afin de protéger la Terre pour les générations futures ?

Nous pouvons voter avec nos portefeuilles. Nous avons déjà fait une marche contre Monsanto. Nous pouvons ouvrir un compte bancaire dans une caisse d’épargne coopérative, faire pousser des légumes au lieu de gazon et acheter localement. Cela permet de nourrir ses voisins et conserve notre argent dans notre communauté. Nous avons tous l’illusion que l’argent définit notre réussite dans la vie, mais nous oublions que nos ressources sont limitées.

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. Un nouveau monde est possible.

Catégories: Amérique du Nord, Humanisme et Spiritualité, Interviews
Tags: , , ,

Archives

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.